cadre   - Nous sommes le Mercredi 17 Janvier 2018 et il est 05:53
 
"Aider les familles et amis de malades psychiques"
UNION NATIONALE DE FAMILLES ET AMIS DE PERSONNES MALADES ET/OU HANDICAPEES PSYCHIQUES
UNAFAM
- UNAFAM - Délégation VAUCLUSE 84 - PACA -
-Association reconnue d'utilité publique-
   
bloc_h_g Menu général bloc_h_d
  Retour à l'accueil
  Urgence:joindre qui?
  Laisser un message
  Qui sommes nous ?
  Des témoignages
  Notre région
  Les sites UNAFAM
  Liens utiles
  Espace GEM ou Club
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les dernières actualités bloc_h_d
  Les actualités du 84
  gif 2018 : prochains groupes d'information des familles
  les nationales...
avis de décès - jacques dreyer-dufer unafam11
  Les départementales
lettre d'information n°5 - délégation nouvelle aquitaine
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les utilitaires du site bloc_h_d
  Mises à jour du site

  Moteur de recherche
  Le plan du site
  Les pages préférées
  Les pages sonorisées
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Accès réservé bloc_h_d



bloc_h_g bloc_h_d

QUELQUES ACTUALITES NATIONALES CONCERNANT LES MALADIES PSYCHIQUES

visibles sur les sites des délégations UNAFAM 02 - 11 - 16 - 17 - 19 - 21 - 23 - 30 - 34 - 39 - 41 - 48 - 58 - 66 - 71 - 80 - 84 - 87 - 89 - 972

Franco Basaglia    Thomas More   Delacroix   Machiavel      Pinel visitant les aliénés   Le Politique de Platon   Lucien Bonnafé le désaliéniste   l'Assemblée Nationale        

Prévention de la délinquance: organisation de la résistance 3 février 2007

Un collectif poursuit son «travail d'alerte» sur le projet de loi Sarkozy.
La guerre sera longue sur le front anti-Sarkozy si l'on en croit les adversaires de son projet de loi sur la prévention de la délinquance. Rassemblés dans le Collectif national unitaire de résistance à la délation (CNU), ils faisaient lundi le point sur leurs actions alors que le texte doit terminer sa navette parlementaire à l'Assemblée à partir du 13 février. «Le travail d'alerte de la population commence tout juste. C'est un projet de société, ça concerne tout le monde», a indiqué Hélène Franco, secrétaire général du Syndicat de la magistrature (SM), qui fait partie de la vingtaine d'organisations que compte le collectif.



SUITE DE L'INFORMATION

Le 23 janvier, plusieurs centaines de personnes ont manifesté à Paris contre le projet de loi et d'autres actions ont eu lieu en province (Toulouse, Lyon, Rennes...), selon le CNU, pour dénoncer une «loi liberticide». «Ce texte repose sur la torsion des mots quand Nicolas Sarkozy affirme que "le premier outil de la prévention, c'est la sanction". Moi, juge des enfants, je ne parle pas la même langue que le ministre de l'Intérieur», a dit Hélène Franco.

Chiens dangereux. Le projet de Sarkozy, adopté par le Sénat en deuxième lecture le 11 janvier, compte à ce stade une cinquantaine d'articles traitant aussi bien des pouvoirs du maire que de l'internement en hôpital psychiatrique, des mineurs, des toxicomanes, des chiens dangereux ou encore des gens du voyage. Il place notamment les maires au centre de la politique de prévention, et durcit les sanctions contre les mineurs. L'un des volets les plus contestés instaure la possibilité pour plusieurs corps de métiers de communiquer aux édiles des informations confidentielles, ce que craignent en particulier les travailleurs sociaux (lire ci-contre).

Les adversaires du texte estiment avoir remporté une première victoire le 25 janvier, quand le Conseil constitutionnel a censuré la procédure permettant au gouvernement de légiférer par ordonnance sur l'hospitalisation psychiatrique et le volet «santé mentale» du projet de loi Sarkozy. Désormais le CNU entend mobiliser députés et sénateurs pour qu'ils saisissent le Conseil constitutionnel sur d'autres points qui «remettent en cause le principe de respect de la vie privée», selon Hélène Franco. Il s'agit de deux fichiers instaurés par le texte. «Le premier concernerait les enfants scolarisés et mentionnerait la nationalité et la situation maritale des parents, indique-elle. Quelle en sera son utilisation quand il sera transmis au maire ? Le second fichier concernerait les personnes ayant fait l'objet d'une hospitalisation psychiatrique d'office et qui seraient fichées dans les cinq ans suivant leur sortie. La police et la justice auraient accès à ce fichier.» 

«Gros chantier».  «C'est notre gros chantier à court terme», a déclaré Maurice Aubry, du syndicat SUD santé-sociaux, en rappelant que 60 députés ou 60 sénateurs pouvaient saisir le Conseil constitutionnel entre le vote définitif de la loi et sa promulgation par le président de la République.

Imprimer cette news



bloc_b_g bloc_b_d
 
Copyright © 2005-2015 Site - UNAFAM - Délégation VAUCLUSE 84 - Région PACA
Groupe de sites conçu et développé par Jacques DREYER-DUFER bénévole UNAFAM        Voir les autres sites du groupe        Mentions légales